Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 06:41

gaz.jpgLes habitants de Tibouamouchine et de Seddouk Ouadda ont durement supporté la pénurie de gaz butane. Ils signalent que depuis 15 jours aucun camion de Naftal n’a livré une bouteille de gaz pour les deux commerçants qui commercialisent officiellement ce produit. Ces deux villages ne sont pas encore raccordés au gaz de ville. Un habitant dira : «Les habitants de ces deux villages sont abandonnés à leur triste sort par les organismes censés les approvisionner en gaz butane». En effet, les citoyens ne savent pas ou donner de la tête pour avoir du gaz butane. Ils étaient pressés par le froid glacial auxquels ils ne s’y attendaient pas et ne savent pas à quel saint se vouer pour que les autorités leur viennent en aide. «Chaque jour, nous voyons des camions chargés de gaz butane monter vers Beni Maouche. Mais à Tibouamouchine ou à Seddouk Ouadda, nous attendons désespérément qu’un officiel nous rende visite pour s’enquérir de notre misérable sort ou du moins nous envoyer un camion de gaz butane», dira un autre citoyen. Le commerçant de Tibouamouchine las d’attendre a pris l’initiative de louer deux camions pour aller chercher lui-même le gaz butane. «J’ai ramassé chez les citoyens 320 bouteilles vides et j’ai loué deux camions que j’ai envoyés le mardi matin faire la chaîne au centre de distribution Naftal d’Akbou. Ils ont passé la nuit là-bas et n’ont été servis que le mercredi après-midi. D’ailleurs j’ai terminé la distribution aux citoyens vers 22 h du soir», a-t-il dit. Face à la pénurie de gaz butane, les gens se rabattent sur l’électricité. Mais les bain d’huile et les résistances sont introuvables à l’achat en haute vallée de la Soummam. Un dépôt de bûches invendues depuis deux ans a été raflé. Tout ce qui peut chauffer la maison est bon, les gens ne regardent même pas les prix. A Tibouamouchine comme à Seddouk Ouadda, les citoyens livrés à eux même utilisent tous les moyens pour se chauffer face a une température descendant à moins un degré. Les grignons des huileries sont pris d’assaut par les citoyens qui recourent aussi aux branches d’oliviers taillés durant la campagne oléicole qu’ils ramassent dans les champs. La nuit du mardi à mercredi, des dizaines de jeunes ont passé la nuit devant le portail de l’unité de distribution Naftal d’Akbou et sont revenus bredouilles. L.B

Partager cet article

Repost 0
Published by La gazette - dans Amdoun n'SEDDOUK
commenter cet article

commentaires