Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 06:59
Seddouk Ouadda : Timechret organisée à l’occasion de l’aïd 29 ans après…

Seddouk Ouadda, relevant du douar d’Amdhoune n’Seddouk, est réputé pour l’organisation parfaite de la vie de ses habitants, basée sur l’élection, en toute démocratie, des notables qui veillent au respect des US et coutumes légués par les ancêtres et à l’application du règlement intérieur établi par la communauté.

Et ce n’est pas tout, car ils possèdent aussi une association socioculturelle dénommée Azar. Une dénomination qui lui sied à merveille du fait qu’elle est très attachée aux traditions léguées par les aïeux. Pour preuve, à l’occasion de l’Aïd El-fitr, elle a ressuscité l’une des traditions séculaires, Louziâa, que le village n’a pas organisée depuis environ 30 ans. Cet événement exige la participation de toute la population masculine, notamment les jeunes. Samedi matin, on s’est rendu dans ce village. Notre arrivée, vers 8 heures, a coïncidé avec celle du cortège qui s’est déplacé au marché de Bouira, la veille, avec deux camions pour l’achat des bœufs. C’est Djellouah Nabyl, le président de ladite association, qui nous a accueilli. De prime abord, Nabyle a retracé ce qui a été fait pour préparer cette timechret. « Il y a un mois, on a réuni les villageois pour leur annoncer notre projet d’organiser une Louziâa pour l’Aïd El-fitr. La proposition a vite recueilli le consensus des habitants qui ont accepté l’idée à l’unanimité. On a désigné ensuite les membres formant les différentes commissions qui doivent mener l’opération. La commission des finances a entamé dans la semaine même qui suit la collecte de l’argent. La commission logistique était chargée de trouver les locaux et les équipements nécessaires pour l’opération. La commission d’achat des bêtes était chargée de trouver des acheteurs spécialisés », a déclaré notre interlocuteur. Et d’ajouter des explications concernant cette timechret : « Les membres des commissions ont travaillé d’arrache-pied et ont réussi à tout mettre en œuvre en un temps record. Fixée à 3000,00 dinars la part de viande (Thakhamts), la commission des finances a pu collecter 1.230.000,00 dinars dont 100.000,00 dinars de dons. Ladite commission est passée à la phase de recensement des familles. Suite à quoi, elle a décidé de constituer 400 parts. Il ne restait que l’achat des bêtes. Ne sachant pas si l’Aïd sera célébré le lundi ou le mardi, nous avons décidé de se rendre le samedi au marché de Bouira. L’équipe chargée de l’achat des bœufs a été accompagnée d’un boucher connu au niveau de ce marché qu’il fréquente régulièrement.».

La dernière louziâa remonte à 1985

D’après da Smaïl Ouarab, l’un des vieux du village, la dernière fois que le village Seddouk Ouadda a organisé Louziâa remonte à 1985. Des jeunes et moins jeunes sont sortis, tôt le matin, de chez eux, pour participer à cette opération. Ils ont ramené avec eux les outils nécessaires : des madriers, bâches, cordes, couteaux, ustensiles,... Un villageois a aidé avec une citerne d’eau potable de 12.000 litres, un autre avec celle de 5.000 litres et l’APC s’est mise aussi de la partie en dépêchant son camion citerne. Pendant l’opération d’égorgement, la marmaille en extase suivait toutes les phases, les jeunes s’affairaient comme des anges. Une équipe ramène la bête, une autre l’égorge et la passe à la troisième pour la dépecer. Quant à la quatrième, elle se charge de la coupe en quatre pour pouvoir les hisser un à un avec une corde et les fixer à plus d’un mètre du parterre. L’opération égorgement s’est achevée vers 13h et les membres de l’équipe, fatigués se sont retirés pour aller se reposer. Une autre équipe rentre en action en procédant au nettoiement des lieux. La viande est laissée suspendue dans des cordes pour sécher et ce n’est que vers 22 h que des volontaires, formant sept équipes, ont commencé à la découper en morceaux. Une autre équipe a étalé, dans un local mitoyen, une bâche sur laquelle ont constitués les 400 parts de viande. Passant toute la nuit à travailler, ils ne se sont arrêtés que pour prendre le S’hour et reprendre de plus belle. Vers 6h du matin du dimanche tout est fin prêt. A 8h, les villageois sont appelés à récupérer, chacun sa part de viande. L’opération de distribution a été entamée à 9h, un régisseur appelle suivant la liste des personnes par leurs noms et une autre leur remet leur part. Une heure de temps a suffi pour clôturer l’opération. Il est à signaler que l’association Azar a organisé aussi une circoncision collective au profit de neuf enfants. « Nous avons passé de très bons moments. Louziâa est une tradition ancestrale porteuse de valeur de solidarité, de tolérance et de dialogue. Plusieurs personnes qui ne se sont pas vues, il y a des années, ont eu l’occasion de se rencontrer aujourd’hui. Cette manifestation a permis également de procurer des moments de joie aux enfants qui ont suivi l’opération tout en jouant avec les jouets achetés à l’occasion de l’Aïd. Je remercie énormément l’association Azar qui nous a permis de vivre ces moments inoubliables », dira un villageois. Par ailleurs, les membres de l’association Azar ont effectué une visite à l’hôpital, le jour de l’Aïd, pour distribuer des jouets aux enfants hospitalisés. « On a réuni une vingtaine de jeunes qui ont formé la délégation qui s’est rendue, le jour de l’Aïd, à l’hôpital d’Akbou. C’est une ambiance de fête qui a régné dans le service pédiatrique. Une cinquantaine de jouets, des peluches, ballons et fleurs, et autres cadeaux ont été distribués aux enfants hospitalisés qui ont passé cette fête loin de leurs familles », apprend-on. Cette louable initiative a été saluée par le personnel de l’hôpital, mais aussi par les parents de ses enfants malades.

Partager cet article

Repost 0
Published by La gazette "Amdoune n'Seddouk"
commenter cet article

commentaires